Ils ont fait construire une maison Cosy dans les Ardennes

Vous avez un projet de construction ?

Contactez-nous

Ils ont fait construire une maison Cosy dans les Ardennes

Ils ont tous deux la petite quarantaine. A la manière des Wallons qui rêvent d’un appartement à la mer, eux depuis le nord de la Belgique rêvent d’une maison à La Roche dans les Ardennes. Le plat pays à la Brel, ils connaissent par cœur et les vagues de dunes ne les attirent plus. Ils aimeraient pouvoir s’évader chaque week-end dans les forêts vallonnées, parcourir les sentiers de grande randonnée, profiter en automne de l’été indien, photographier les feuillages chamarrés mêlant le roux au jaune, surprendre les sangliers, croiser quelques chevreuils, voir détaler un lièvre… Quel confort ce serait de pouvoir acquérir une petite propriété à un prix raisonnable dans cette région qui leur plaît. Ils pourraient ainsi, chaque week-end, « partir en vacances » et, plus tard, à leur retraite, y séjourner pour quelques mois. L’hiver, les pistes de ski sont ouvertes… À la mer, rare est le flocon qui résiste à la marée… D’emblée, ils décident de s’adresser à Modulart, choisissent dans le catalogue en ligne le modèle Cosy et le tour est joué en quelques semaines… Mais voilà que la commune décide de s’opposer au projet en l’état : l’habitation doit impérativement avoir un parement de pierre ou de bois pour s’intégrer harmonieusement dans le paysage immobilier. Misère ! La pierre, c’est vraiment cher et le bois, ils ne sont pas convaincus : ça risque de donner à leur demeure une allure tristounette de chalet bon marché… L’entrepreneur ne se décourage pas : il a l’habitude de se plier aux exigences communales. Il leur prépare donc en quelques jours un projet. Le résultat est saisissant : le dessin, l’aquarelle plutôt (ou l’acrylique ??), montre une maison bardée en bois de cèdre aux allures de nature, elle s’intégrera parfaitement au paysage.

nouvelle-maison-cosy-bardage-bois
interieur-maison-cosy

Effectivement…, lorsqu’ils emménagent, la neige est tombée, leur maison trône au milieu d’une étendue cristalline, une épaisse couche a recouvert le toit et les appuis des fenêtres. Ils ont l’impression d’arriver dans une réserve naturelle du Canada. Bien vite, le poêle à bois répand dans l’habitation chaleur et parfum réconfortants, les pommes de pin crépitent. Après avoir déménagé l’essentiel, tous deux s’installent dans le salon pour savourer un thé parfumé bien mérité. Quelle journée éprouvante ! Ils se laissent absorber par la vivacité des flammes, contemplent avec satisfaction, depuis leur fauteuil, la vue saisissante sur champs et forêts : l’orée du bois est à l’extrémité de leur jardin. Ils aperçoivent hêtres pourpres, chênes, châtaigniers. On pourrait aller ramasser les châtaignes l’automne prochain, songe l’épouse, grillées, ce sera délicieux. Soudain, l’homme s’exclame : « Een beer ! » – Un ours ! Elle est saisie de stupeur, elle scrute dans la pénombre naissante l’ombre de l’animal. « Waar ? Waar ? » Où donc ? Mais où donc ? Et tout à coup, il éclate de rire : elle a toujours cru à ses blagues de gamin, elle est bon public… Il n’y a pas d’ours en Ardennes, mais sans doute bientôt des loups… Pour un instant, elle s’est vraiment sentie au beau milieu d’une forêt du Canada !

2018-07-04T18:40:30+00:00juin 30th, 2017|